Video numerique Diffusion Camera Tele Tv Television Youtube

La révolution vidéo numérique : la diffusion, la caméra et le marché audiovisuel

Les technologies électriques pour la vidéo, la télévision et le cinéma ont apporté de nombreuses révolutions sur les tournages et pour la diffusion. En France, la diffusion analogique par câble apparaît dans les années 80, remplaçant la méthode du kinescope des pellicules 16mm, procédé datant des années 50. 1975 marque l’invention de la première caméra […]
Les technologies électriques pour la vidéo, la télévision et le cinéma ont apporté de nombreuses révolutions sur les tournages et pour la diffusion.

En France, la diffusion analogique par câble apparaît dans les années 80, remplaçant la méthode du kinescope des pellicules 16mm, procédé datant des années 50.

1975 marque l’invention de la première caméra numérique équipée d’un capteur CCD.

Au milieu des années 2000 la diffusion télévisée devient totalement numérique dans l’hexagone. La même année, la plate-forme de diffusion internet Youtube est créée. Il n’a jamais été aussi facile de montrer des images enregistrées. Une victoire écrasante qui fait office de première révolution apportée par le numérique.

Jt Youtube Diffusion Video Tele Television
A gauche : 1949 1er JT télé, seul programme diffusé de la journée / à droite : youtube et ses milliards de vidéos


Les caméras numériques se développent rapidement.

La technologie numérique a aussi dû s’améliorer pour que les appareils d’enregistrement et les caméras deviennent également 100% électroniques. D’abord il a fallu créer des systèmes de moins en moins lourds et contraignants à installer. En 1980 apparaît le 1er caméscope, système qui lie l’appareil image à l’appareil enregistreur électrique. D’abord réservée à la télévision, cette technologie se trouve aujourd’hui sur tous les plateaux de tournage.

Mais le numérique est longtemps boudé par le milieu du cinéma. Le but des capteurs CCD et CMOS a été de s’approcher de l’émulsion argentique et de ses qualités de résolution et de dynamique. Et il faut attendre 1999 et le tournage de Star Wars : la menace fantôme pour voir une caméra numérique sur un tournage cinéma. Cela fut la seconde révolution numérique : l’esthétisme et la résolution des caméras.

De nos jours, les capteurs CCD et C-MOS vont toujours plus loin en résolution (8K pour les Red Helium et Monstro) en sensibilité (double ISO natif pour la Blackmagic 6K, les Varicam de Panasonic, les Red Gemini ou Komodo) en taille de capteur (Vistavision pour l’Alexa LF, la Sony Venice, la Red Monstro) ainsi que dans la restitution des couleurs et des contrastes.

Découvrez nos caméra en location

Camera Numerique Cinema Smartphone Camescope
Un aperçu des centaines d’appareils existant pour enregistrer une vidéo


L’apparition de nouveaux marchés audiovisuels : de la vidéo amateur au cinéma

Dans le sillage de ces deux révolutions toujours actives, une troisième est née. L’expansion de l’offre et du marché audiovisuel. Avant ces technologies, la donne était simple : il y avait la pellicule au format 16/super16mm (documentaire, série, reportage), 35/super35mm (fiction et publicité à budget) et 70mm (fiction à budget). Le fait de charger les magasins, de ne pas avoir de retour vidéo ni d’outils informatiques pour poser la pellicule, obligeait la présence d’un chef-opérateur pour créer l’image. Dès lors, n’importe quel projet avait une allure professionnelle. Car il fallait réunir une équipe et se débrouiller pour récupérer ou acheter de la pellicule. Aussi toute image demandait un effort de production, d’organisation et de savoir.

Les années 60 marquent le début du tournage amateur grâce au Portapak Sony DV 2400, appareil portable pour l’enregistrement vidéo. De nos jours, avec un opérateur, une caméra et une carte SD, vendus dans un commerce grand public, on fait des images de qualité.

Alors il faut distinguer le tournage amateur, semi-pro et professionnel. Et ce n’est pas le matériel utilisé qui fait la différence, mais la diffusion du film !

Il y a :

La diffusion privée ou en interne qui ne rapporte pas d’argent.
La diffusion publique, non ou partiellement rémunérée, en festival ou sur les plates-formes de diffusion internet.
Les diffusions télé et cinéma, qui sont rémunérées.

Pour chacune de ces cibles, il y a un budget établi, qui forcément n’est pas le même pour chaque projet. Et le numérique répond aux besoins de ces catégories :

– Le caméscope amateur, le reflex moyenne gamme ou le téléphone portable pour la diffusion privée.
– Le reflex haut de gamme ou le téléphone haut de gamme pour une diffusion internet
– Le reflex haut de gamme et la caméra professionnelle pour la diffusion en festival ou évènement privé corporate
– La caméra professionnelle pour la diffusion cinéma et télé.

Tout confondu ce sont des milliers de produits pour faire l’image qui existent à l’heure actuelle. Changeant profondément la façon d’aborder un tournage pour les producteurs, les réalisateurs et les chefs-opérateurs, sur les thèmes de la diffusion audiovisuelle et des caméras à utiliser.

Praesent risus sem, risus. neque. Curabitur elit. nunc Donec et, suscipit