Dragon X Red Camera 5k Cinema

RED Dragon-X : la caméra pensée pour de belles images cinéma

La caméra Dragon-X est le 6ème modèle cinéma professionnel sortie par Red Digital en moins de 3 ans. Une nouvelle déclinaison du capteur Dragon que nous allons détaillée. Mais surtout un nouveau pallier vers ce que les opérateurs attendent, une caméra orientée sur la qualité de l’image. La fabricant américain a mis au point de […]
La caméra Dragon-X est le 6ème modèle cinéma professionnel sortie par Red Digital en moins de 3 ans. Une nouvelle déclinaison du capteur Dragon que nous allons détaillée. Mais surtout un nouveau pallier vers ce que les opérateurs attendent, une caméra orientée sur la qualité de l’image.
La fabricant américain a mis au point de nombreuses mises à jour de ces caméras, que ce soit pour le workflow, le corps ou le capteur. D’où la sortie en cascade des caméras. Une stratégie commerciale qui a sans doute permis au constructeur de rentabiliser les investissements de la recherche et du développement. Mais qui a accéléré aussi l’obsolescence de ces modèles. De plus les retours utilisateurs n’ont pas toujours bons (le capteur Helium n’a pas convaincu).
La caméra Red Dragon-X, qui semble être aboutie, peut-elle rester pendant plusieurs années comme référence sur les plateaux de tournage sans être menacée de devenir obsolète en quelques mois ?

Caméra Red Dragon-X = capteur Dragon + 120FPS en 5K + corps DSMC-2 + workflow IPP2

Voici la formule de la nouvelle caméra. Pour la résumer simplement, elle mélange le meilleur de l’ancien et du nouveau. Ancien, car le capteur Dragon fait partie de l’ancienne génération des caméras RED (sortie il y a seulement 4 ans). Mais c’est aussi celui qui a le meilleur retour utilisateur sur la colorimétrie et les contrastes. Le capteur Helium présente des failles qui n’ont pas permis à ce capteur de passer devant le Dragon. Du nouveau, car le corps caméra est en DSMC-2 (accessoires revus pour équiper le brain, meilleure connectique, gain de légèreté, enregistrement RAW et Apple ProRes).

Mais surtout la RED Dragon-X intègre le workflow IPP2, un nouveau traitement électronique du signal vidéo. Celui-ci offre un meilleur rendu des couleurs et une meilleure restitution de la dynamique du capteur dans les hautes et basses lumières. La saturation des tons moyens est aussi revue. Le rendu des détails est encore plus précis. Le workflow a été étudié pour simplifier la lecture des rushs. Le traitement de la dynamique du HDR (high dynamic range) fait peau neuve et révèle tout le potentiel de cette technologie. Enfin l’IPP2 est en accord avec les normes définies pour la colorimétrie et le gamma.

Le Frame Rate, quant à lui, supplante celui de la Scarlet-W et se hisse au niveau de l’Epic Dragon avec la 5K à 96FPS en full frame et 120FPS au format 2,40:1.En somme, on pourrait dire que cette caméra est la véritable Red Epic-W, c’est à dire une Scarlet-W avec un frame rate plus rapide et l’IPP2. Les premières tests seront donc à guetter, car cette caméra pourrait donner le plus beau rendu d’image des caméras RED.
Ipp2 Red Workflow Grading Camera Dragon X
Comparaison IPP2 et ancien workflow des caméras RED


La Dragon-X peut-elle être la caméra cinéma de référence de RED ?

Elle pourrait bien l’être. En tout cas c’est celle qui s’approcherait le plus de la politique du grand concurrent de la firme américaine : Arri et ces Alexa. Pour rappel, Arri ne mise pas sur la haute résolution mais davantage sur la qualité d’image. C’est tout à fait ce que RED cherche avec la Dragon-X. De plus le débit d’image pour le ralenti est au rendez-vous. De quoi continuer à séduire les productions de clips mais également s’imposer un peu plus en fiction, terrain sur lequel Arri est largement dominateur.
De plus le prix est très abordable (13 800€ HT pour le corps). Laissant entrevoir une location aux alentours des 300€ par jour avec l’équipement.

Quelques bémols tout de même. Premièrement il faudrait qu’enfin RED trouve la solution au crop factor qui s’applique à chaque changement de résolution. En comparaison le système de Blackmagic Design sur les URSA est bien mieux (soit utiliser toute la surface du capteur pour chaque résolution, soit appliquer le crop factor afin d’augmenter le débit d’image).
Enfin pour avoir une caméra ultime il faudrait mélanger à cela la capacité de la Monstro et de son capteur 8K VistaVision qui devient un super 35 en 5K. Et mixer aussi la technologie dual ISO de la Gemini pour obtenir une caméra ultra-performante. Mais le prix ne serait pas le même et technologiquement parlant cela semble impossible à accomplir malheureusement. Mais qui sait ? Peut-être que RED Digital Camera planche déjà sur ces questions.

Détails techniques :

Date de sortie : fin 2018
Capteur effectif : CMOS 13,82 millions de pixels
Résolution max enregistrée : 5K 5120×2700
Taille effective du capteur (1:1,90) : 25,6 x 13,5 mm
Taille photosite : 5µ
Dynamique : 16.5+ diaph
Iso Natif : NC
Poids : 1,36 kg
Dimension : NC
Max im/s : 300

Enregistrement vidéo :

Redcode RAW :

5K Full Frame (5120 x 2700) / 96 FPS – 5K 2.4:1 (5120 x 2160) / 120 FPS
4K Full Frame (4096 x 2160) / 120 FPS – 4K 2.4:1 (4096 x 1728) / 150 FPS
3K Full Frame (3072 x 1620) / 150 FPS – 3K 2.4:1 (3072 x 1296) / 200 FPS
2K Full Frame (2048 x 1080) / 240 FPS – 2K 2.4:1 (2048 x 864) / 300 FPS

Apple ProRes 422HQ, 422 et 422 LT :

4K (4096 x 2130) à 30 FPS
2K (2048 x 1080) à 120 FPS

Apple ProRes 4444XQ, 4444 :

2K (2048 x 1080) à 120 FPS

non odio adipiscing libero in ipsum efficitur.