Objectif Cinema Vs Photo Camera

Objectifs cinéma vs photo, que choisir pour un tournage ?

Depuis l’avènement des DSLRs, les objectifs photographiques sont de plus en plus présents sur les plateaux de tournage. Pas que sur les boîtiers reflex mais également sur les caméras cinéma, de la plus abordable (type Blackmagic Mini 6K) à la plus haut de gamme (comme la Red Dragon-X ou l’Arri Alexa Mini). Alors, puisqu’ils sont […]
Depuis l’avènement des DSLRs, les objectifs photographiques sont de plus en plus présents sur les plateaux de tournage. Pas que sur les boîtiers reflex mais également sur les caméras cinéma, de la plus abordable (type Blackmagic Mini 6K) à la plus haut de gamme (comme la Red Dragon-X ou l’Arri Alexa Mini).
Alors, puisqu’ils sont bien moins chers que leurs homologues cinéma, que ce soit à l’achat ou à la location, pourquoi ne pas utiliser que des objectifs photos sur un tournages ?
Dans ce « objectifs cinéma vs photo », nous allons décrypter les principales différences qu’il y a entre ces deux gammes et voir dans quels cas utiliser les uns ou les autres.

 

La construction des objectifs

La différence est flagrante lorsque l’on a devant soit un modèle de chaque catégorie (y compris lorsque la formule des lentilles est identique, comme celles des Zeiss Contax), l’objectif ciné est plus imposant.
Premier constat donc, la différence de poids et d’encombrement (qui est un facteur déterminant lorsque l’on utilise un DJI Ronin ou un MOVI).

La raison de la construction du corps de l’objectif cinéma réside dans la nécessité de pouvoir ajuster le point avec précision lors d’une prise. C’est le travail du 1er assistant opérateur (aussi appelé pointeur ou focus puller en anglais). Pour que ce-dernier puisse être précis dans sa tâche, le diamètre du carrossage est plus grand. Ainsi la course de la bague de point est plus longue avec davantage de graduations qui servent de repères. En général, le diamètre avant d’un objectif photo est compris entre 42mm et 82mm. Au cinéma, il oscille entre 80mm et 162mm.

Beaucoup de photographes travaillent seuls, s’occupant de : configurer leur appareil, définir leur cadre et paramétrer le boîtier et l’objectif pour leur photographie. D’une manière générale, ils auront besoin de trouver très rapidement le point pour saisir l’instantanéité d’une action ; ou ils prendront le temps d’attendre la lumière ou l’élément déterminant de leur mise en scène pour déclencher, ils auront donc le temps de choisir leur distance de mise au point.
En revanche, sur un plateau ou en documentaire, la notion de suivi de point, lorsqu’un personnage se déplace, ou que la caméra bouge, implique de pouvoir changer la distance plusieurs fois, sans toujours pouvoir prévoir où la netteté devra être faite.

La raison principale, qui explique les différences entre ces deux classes, est l’utilisation spécifique de chaque métier.

Objectif Cinema Vs Photo Carrossage Taille Prix
Objectif Elmarit-R 19mm à gauche en version photographique et à droite recarossé par P+S Technik pour une utilisation cinéma.


L’automatisme et l’électronique des objectifs cinéma vs photo

Là encore une différence liée au corps de métier. L’automatisme est très utilisé en photographie. La performance des collimateurs permet une mise au point automatique rapide et précise en photographie (en tout cas suffisamment pour qu’à un tirage donné le moindre petit écart de mise au point ne se voit pas). Un collimateur capable de réagir en continu sur 24 ou 25 FPS est plus délicat à concevoir et contrôler. Canon semble être le constructeur en avance sur le développement de ce procédé, qui est déjà bien abouti sur ses modèles C100 et C300 mark II. Mais dans la pratique il n’est que peu utilisé, car le suivi de point est précieux aux chefs-opérateurs, aux réalisateurs et aux producteurs. Prendre le risque de le placer entre les mains de la machine n’est pas possible (en tout cas à ce jour) et la dextérité de l’humain reste privilégiée (de plus, elle permet de jouer d’une manière artistique avec le flou, sensibilité que la machine ne possède pas).

Néanmoins les objectifs cinéma possèdent également de l’électronique afin d’afficher (comme en photographie) la focale, l’ouverture de l’iris et la distance de mise point. Arri, avec sa commande de point HF WCU-4, va encore plus loin en affichant la distance de profondeur de champs entre le premier plan et le dernier plan net.

Les formules optiques et les lentilles

Encore une fois à chaque métier son besoin. Au cinéma les images sont projetées sur grand écran. En photographie les tirages, sauf exception, sont destinés au web ou aux magazines. Les objectifs des caméras sont donc plus précis (ou piqués) pour compenser la surface d’affichage. De plus, chaque modèle est travaillé pour « gommer » une partie des micro-détails. Ce traitement spécifique des lentilles est en grande partie ce qui donne le « look cinéma » à l’image.
Les traitements sont également plus poussés afin d’éviter les défauts tels que : l’aberration chromatique, le pompage, le flare ou encore les déformations. C’est toujours la notion d’images continues qui fait apparaitre ces défauts en vidéo. Enfin l’iris est souvent composée davantage de lames, pour que le bokeh soit rond.

Pour assurer la continuité entre tous les plans d’un film, une série d’optique est équilibrée aux maximum entre chaque focale. Le contraste, la colorimétrie et les aberrations varient peu. Parfois, les carrossages et les poids sont aussi identiques au sein d’une même série d’objectifs, ce qui optimise les changements de focales sur le tournage.
L’exemple le plus parlant est celui du cadreur steadicam qui doit prendre le temps de rééquilibrer son sled si les objectifs ne présentent pas les mêmes caractéristiques.

C’est tout ce travail sur les lentilles, sur la recherche du style et de la construction de la série entière (parfois jusqu’à 16 pièces), qui crée un grand écart de prix entre les deux catégories d’objectifs.

Objectif Cinema Vs Photo Mire Definition Optique
Comparaison de qualité entre l’Arri Ultra Prime (ciné) bien plus net et avec moins d’aberrations que le Nikkor (photo).


 

Les autres différences objectifs cinéma vs photo

L’inscription de l’ouverture du diaphragme est notée « f: » sur les objectifs photo et « T » en cinéma. Le « f: » correspond à l’ouverture géométrique dont la formule est f/O, soit la focale sur la pupille d’entrée de l’objectif. Cette formule sert dans les calculs de la profondeur de champs notamment. Mais pour ce qui est de l’éclairement reçu par le capteur, elle ne tient pas compte de l’absorption des lentilles qui ne laissent pas 100% de la lumière les traverser. L’ouverture photométrique notée « T » prend en compte cette notion et permet de savoir la quantité de lumière qui traverse tous les objectifs.
Les montures sont très variées chez les objectifs photos en fonction du fabricant de l’objectif ou de l’appareil photo. En cinéma, la plupart des caméras ont une monture PL, bien que la monture Canon EF se démocratise, faisant le lien entre les deux gammes d’objectifs.

En définitive chaque discipline a ses besoins et les grands gagnants du rapprochement objectifs photo et cinéma seront sans doute les documentaristes et les opérateurs de films institutionnels. Ils cherchent des images réalistes, de l’automatisme et des coûts bas. Autrefois la gamme des zooms broadcast était la leur mais les objectifs photos devraient s’implanter chez ces opérateurs avec l’évolution des caméras à l’autofocus, la stabilisation, la légèreté et la compacité toujours plus développés.

Les photographes et les cinéastes, qui ont chacun leurs contraintes, choisirons quasiment systématiquement les objectifs qui répondent aux besoin de leurs métiers. Mais chaque oeuvre étant différente, rien n’empêche d’utiliser tel ou tel matériel.

Et pour ceux qui cherchent un look cinéma au prix des objectifs photo, il y a les filtres de Tiffen ou Schneider Optics qui aident à modifier la texture de l’image. A cela s’ajoute des modèles cinéma moins chers comme les CN-E de Canon, les Xeen de Samyang ou les récents Sigma Ciné Art pour répondre aux besoins des fictions à petits budgets.

ut consectetur facilisis fringilla mattis nec tempus