Arri Alexa LF

L’Arri Alexa LF, une nouvelle caméra sur le front !

Nul doute que l’annonce de la nouvelle Arri Alexa LF va faire couler de l’encre dans le monde de l’audiovisuel. On parlera bien sûr des nouveautés du modèle et de ce qu’elles vont apporter aux image. La Venice de Sony est passée par là tout comme les Red Weapon et Monstro. Il y aura bientôt […]
Nul doute que l’annonce de la nouvelle Arri Alexa LF va faire couler de l’encre dans le monde de l’audiovisuel. On parlera bien sûr des nouveautés du modèle et de ce qu’elles vont apporter aux image.

La Venice de Sony est passée par là tout comme les Red Weapon et Monstro. Il y aura bientôt des tests comparatifs, montrant les avantages et les lacunes de chaque modèle. Mais analysons cette sortie d’une manière plus globale.

Toutes ces nouveautés en cascade ne peuvent qu’attirer notre attention. Elles sont révélatrices de l’emballement incroyable que vit l’audiovisuel en ce moment. Mais cet emballement, aussi exaltant soit-il, devrait aussi mettre définitivement fin à l’argentique et voir certains constructeurs de caméras numérique ne pas tenir la cadence.

En d’autres termes, il y a actuellement une bataille féroce qui se livre entre les constructeurs. Car la production d’oeuvres filmiques se porte bien. Les salles de cinéma ne se dépeuplent pas et les séries sont de plus en plus nombreuses et qualitatives. Les supports de diffusion se développent également beaucoup. Bref, la demande n’a jamais été aussi forte. Et indéniablement les constructeurs cherchent à s’imposer dans cette période cruciale où tous les voyants sont au vert pour s’emparer du monopole.

La sortie de l’Alexa LF comme une contre-attaque d’Arri ?

La sortie de la nouvelle caméra du constructeur allemand est quelque chose de tout à fait normal, à priori. Cela fait 2 ans que l’Alexa est sortie dans sa version mini. Red, que l’on peut considérer comme le principal concurrent de la marque, a sorti en 2017 pas moins de 4 modèles (Raven, Scarlet-W, Epic-W, Monstro) et vient d’annoncer la Gemini. Sony qui représente également une grosse part de marché a présenté la Venice, remplaçante de la F65. Canon a aussi sorti la C700 et la C200.

Dans ce climat de nouveautés, quelle autre option que de dégainer également ? Oui mais justement ce n’est pas le style de la maison de faire comme tout le monde. Là où tous les autres faisaient des capteurs hautes résolutions, Arri a perduré avec un capteur 3,4K. Quand les autres parlaient d’une dynamique de 15, 16 ou 16+ diaphragmes, Arri en affichait 14. Alors que les nouveaux modèles embarquaient de nouveaux capteurs, Arri conservait le bon vieux Alev III 3.4K au format super 35.

Mais la donne vient de changer. Le développement de la norme 4K véritable sur les tournages, la demande de grands capteurs et la forte concurrence viennent bousculer le géant et le force à contre-attaquer. Voici donc l’Alexa LF (large format) un capteur 36.7×25.85 mm au ratio 1.436 en open gate (comprenez plein capteur) proche du format photo 36×24 1.5. Cela avec 4,5 Mpixels ! Et contrairement à l’Alexa 65mm, sortie 1 an plus tôt, la LF est disponible à la vente. Pourquoi un tel changement de politique ?

L’explication réside dans le fait qu’une bataille féroce se joue actuellement entre tous ses constructeurs. Et il y a des prises de risques afin de prendre la plus grosse part de marché.

Cette bataille ne date pas d’hier, elle a vu Red être une véritable révélation tandis qu’Arri constructeur centenaire a conforté avec le numérique sa place de n°1. D’autres ont disparu, le français Aaton dont la Pénélope n’a pu voir le jour, faute de moyens sur le développement. Plus récemment, c’est Aja qui s’est cassé les dents avec la Cion. Sans parler des difficultés de Kodak qui n’a pas investi dans le numérique.

Red a semble-t-il décidé de frapper fort sur le marché mondial et a sorti son armada pour couper l’herbe sous le pied d’Arri. Arri contre-attaque logiquement ne voulant pas céder face à un concurrent sérieux. Sony arrive quant à lui dans cette démonstration de force tout naturellement avec la Venice.

Caméras sorties en 2017Les 8 caméras numériques professionnelles sorties en 1 an.

La force du numérique

Faisons le tour des qualités de chaque constructeur de caméras numériques.

Chez Panasonic les Varicam, l’Eva 1 et le GH5S vont être dotés de la technologie double iso natif. Les capteurs du constructeur sont aussi réputés pour donner de belles couleurs même dans les basses lumières.

Canon a développé un outil de mise au point automatique performant sur la C700, la C300 mark II, la C100 II, le 1D X mark II et le 5D mark IV. Ces capteurs montent facilement à 1600 iso et au-delà.

Les Blackmagic font du raw interne et s’accessoirisent à la manière de ces concurrents, mais pour un tarif bien moins élevé. Ainsi la prochaine Pocket aura la 4K, le Raw et le double iso natif pour à peine plus de 1000€.

Sony construit des caméras polyvalentes avec un menu qui convient aussi bien à l’opérateur de documentaire que celui de fiction. Le traitement du signal numérique en sortie du capteur est optimal, pour délivrer une image riche en couleur.

Red offre la haute résolution avec des capteurs pouvant enregistrer des images 8k. Elle propose également un fort débit FPS, jusqu’à 300 im/s en 4K. Elle a modernisé les corps caméra compacts et légers.

Arri s’appuie sur un style d’image naturel proche de celui obtenu en pellicule. Avec l’essor des accessoires (follow HF, vidéo HF, contrôleur de distance, moniteur), les corps sont dotés de technologies embarquées pour faciliter le travail des assistants caméra.

Si on mixe toutes ces caractéristiques, on aboutirait à une caméra compacte et légère allant sur trépied, gimbal ou drone. Elle embarquerait toutes les connectiques nécessaires à diverses configurations. Elle pourrait être utilisée aussi bien en mode automatique, pour les reportages et documentaires, que manuel pour les fictions. Elle serait aussi performante de 200 à 12800 iso. On pourrait choisir entre le raw ou un codec d’enregistrement. La résolution irait du 8K au full HD avec ou sans crop factor, et avec au minimum 240 images par seconde en 8K. La dynamique serait de 16 diaph avec des LUTs calibrées pour avoir un style d’image du fidèle à l’éclatant, du doux au dur, du lisse au sharp.

Et alors cette caméra répondrait à toutes les normes recherchées par le monde de l’audiovisuel international. Ses images seraient projetées dans toutes les salles et sur n’importe quel écran. Les équipes de tournage pourraient à tout instant changer la configuration pour s’adapter à une situation. Et bien sûr pour le chef-opérateur, il y aura la recherche de l’identité de l’image, en fonction des optiques et de la réflexion avec le réalisateur.

Malheureusement (ou heureusement) une telle caméra n’existera sans doute jamais. Car il y a les règles qui régissent la loi de la concurrence (comme le rappel les difficultés de rachat de la Fox par Disney). Mais il y a fort à parier que tous les constructeurs ne pourront pas perdurer dans le secteur de l’audiovisuel haut de gamme.

Vers la fin de l’argentique ?

A cette heure, le numérique a le vent en poupe. Jamais il n’y avait eu autant de modèles, autant de choix, de quoi extasier les cinéastes. Les sacres d’Emmanuel Lubezki, était aussi les premiers Oscars pour un DOP qui tournait en numérique.

Cette année 4 lauréats sur 5 ont tourné avec un capteur faisant la conversion photo-électrique (vainqueur Roger Deakins, Blade Runner 2049, avec une combinaison Arri Alexa Mini, Arri Alexa Plus, Arri Alexa XT Studio). Seul Hoyte Van Hoytema fait exception avec la photographie du Film Dunkerque de Christoper Nolan. Le film a été tourné en pellicule 65mm (grand format aujourd’hui disponible sur L’alexa 65, l’Alexa FT, la Red Monstro et la Sony Venice).

2018 devrait voir l’argentique disparaître un peu plus des plateaux. Logique, car il faut penser aux notions industrielles. Le numériques est vendeur et séduit sur le globe. Il génère énormément de profits et chacun veut prendre sa part.Caméra gun L’argentique lutte comme il peut…

Des années cruciales aussi pour ceux qui travaillent avec les caméras

Et maintenant pour les loueurs et les opérateurs il n’y a plus qu’à faire le bon choix. Miser sur la marque ou le modèle qui perdurera dans le temps. Qui ne sera pas remplacé au bout d’un an part le « mark II » ou le « XT plus » ou le « W » ou le « LT » ou encore le « mini ». Et ceux qui feront la décision, ce sont les chefs-opérateurs. C’est entre leurs yeux et leurs mains que réside le succès d’une caméra. Et par conséquent, ils désigneront les vainqueurs de la guerre des caméras numériques.

Détails techniques sur l’Arri Alexa LF

Résolution max : 6560×3100 pixel en open gate
Capteur : 61.7×29.1mm en open gate
Taille photosite : 8,8µ
Max im/s : 150 (au format 2,39 en Arriraw)
Latitude d’exposition : 14+ diaphragmes
Iso natif : 800
Poids : 7,8kg
Dimensions : 36x20x16cm
Date de sortie : Début 2018

Enregistrement vidéo :

Arriraw et ProRes
OG : 6560×3100
1,89 : 5440×2880
1,78 : 5120×2880


facilisis sem, mattis dolor nunc libero. elit. amet, suscipit ut nec tempus